Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte

Comprendre les enjeux climat-air-énergie du territoire de la Communauté de communes Normandie Cabourg Pays d’Auge

Poids de l’industrie

Le bilan climat-air-énergie de la Communauté de communes se caractérise par un poids important de l’industrie lié à la présence de quelques industries fortement consommatrices d’énergie. Ce secteur arrive en tête à la fois des consommations d’énergie, des émissions de gaz à effet de serre et des émissions de polluants atmosphériques.

L’enjeu pour le territoire est de favoriser la substitution de leurs consommations d’énergies fossiles par la valorisation de ressources locales (méthanisation, valorisation des déchets, voire bois-énergie).

Territoire touristique

Le territoire de la Communauté de communes est aussi un territoire touristique, induisant un poids important de la mobilité exceptionnelle sur le bilan climat-air-énergie. La réduction de ces impacts nécessite de travailler sur les alternatives à la voiture et l’avion pour la desserte du territoire en provenance de l’agglomération caennaise et de Paris, en développant le train, les transports en commun et le vélo.

L’activité touristique du territoire induit la présence de gros équipements touristiques (résidences de vacances, casinos…) consommateurs d’énergie et la présence de nombreuses résidences secondaires. Elle renforce l’opportunité pour le territoire de développer l’énergie solaire notamment dans les équipements touristiques mais aussi dans les résidences secondaires, dans une logique de valorisation patrimoniale.

Logement

Le territoire de la Communauté de communes se caractérise également par son dynamisme démographique en lien avec la proximité de l’agglomération caennaise, qui induit une augmentation du nombre de logements, une filière bâtiment développée et d’importants flux de déplacements quotidiens avec Caen pour le travail, les achats ou les loisirs.

La rénovation des logements constitue le plus gros gisement d’économies d’énergie. Elle doit permettre d’éviter l’accroissement de la précarité énergétique et constitue une opportunité de renforcer la filière locale du bâtiment.

Les projets d’aménagement du territoire représentent une opportunité d’innover dans la valorisation des ressources locales, la desserte énergétique des territoires et l’adaptation au changement climatique. C’est particulièrement le cas sur le littoral qui concentre des risques de submersions marines et d’inondations par débordement de cours d’eau ou remontée de nappes.

Territoire agricole

Enfin le territoire intercommunal est fortement agricole. Ses importantes surfaces de prairies dédiées à l’élevage constituent un puits de carbone important à préserver. De même, son maillage dense de haies bocagères est un atout pour l’adaptation au changement climatique et représente une ressource énergétique. Ainsi le secteur agricole est un maillon clé du PCAET pour séquestrer le carbone et pour développer de la production d’énergies renouvelables : bois-énergie, méthanisation et photovoltaïque.

Bois-énergie

Le bois-énergie est responsable d’une part significative des émissions de polluants provenant des installations peu performantes dans l’habitat. Pour autant, le bois-énergie performant représente le plus gros potentiel de production d’énergie renouvelable du territoire. Cette énergie est donc à développer dans l’habitat, le tertiaire et l’industrie, tout en développant la filière locale de valorisation des haies bocagères.

Risques naturels

Enfin, le territoire est soumis à des risques naturels qui pourraient s’aggraver avec le changement climatique : submersion marine, inondations, glissements de terrain, retrait-gonflement des argiles… De plus, la Communauté de communes est le secteur le plus exposé de la région Normandie aux risques d’intrusions salines dans les nappes. Enfin, de nombreux espaces urbanisés ainsi que plusieurs infrastructures stratégiques comme les stations d’épuration ou le poste source électrique de Dives-sur-Mer sont localisés dans des zones à risque, ce qui contribue à la vulnérabilité du territoire.

Retour en haut de page